Historique de la Maison Saint-Frères p.5

A la fin du 19 ème siècle, les Etablissements Saint Frères sont à leur apogée, situation qui va perdurer jusqu’à la première guerre mondiale. Turgan estime, par exemple, que, dans les années 1890, leur valeur totale se monte à 60 millions de francs-or et dénombre, en 1894, 22640 broches de filature jute, pour la seule maison Saint Frères, soit 30% du total français (54000 en 1917) les groupes concurrents venant loin derrière. Toutes branches industrielles confondues, filatures et tissages ils atteindront 60% en 1913.

 

Ils occupent, donc, bien le premier rang dans leur branche : toiles, sacs, bâches mais aussi ficelles, câbles, puis, plus tard, tresses pour espadrilles, stores, tentes, filets de pêche etc.... La fabrication est relayée par un très puissant service de vente en continuelle expansion (en 1904 : 75 succursales et dépôts de vente dont 10 à l’étranger - hors colonies -, en 1911 : 131, 17 usines pour 12000 ouvriers et employés dont plus de 8000 dans la Somme !)

 

Après un entre-deux-guerres difficile et malgré la fabrication , à Flixecourt , du métier à tisser circulaire, l’entreprise amorce son déclin. L’entrée, en 1969, dans le groupe Willot , marque un tournant décisif : en 1978 , leur destin est lié à celui de Boussac ( BSF ) jusqu’au dépôt de bilan , en 1981.